Edition 41 / mars 2015

Gallus c’est nous – Thomas Schweizer

Thomas Schweizer travaille depuis plus de dix ans au sein du groupe Gallus où il a eu un parcours professionnel très varié. À côté de son travail chez Gallus Ferd. Rüesch AG, il fait partie de l’équipage d’un hélicoptère Super Puma de l’armée suisse. Ce projeteur de formation a gravi les échelons au gré des tâches et des responsabilités pour devenir, à force de travail, responsable du service développement et essais de Gallus.

Nom :

Thomas Schweizer

Fonction :

Responsable du service développement et essais de la division d’affaires Étiquettes

Formation :

- Formation de projeteur
- Études de construction mécanique, en cours du soir

Parcours professionnel :

J’ai commencé ma formation chez Gallus Ferd. Rüesc AG il y a une bonne dizaine d’années, comme projeteur avide d’apprendre. Dès cette première étape de ma formation, je me suis impliqué dans des projets inter-entreprises, comme par exemple de développement d’un robot à cinématique parallèle. Après le diplôme, j’ai eu l’opportunité de diriger des projets partiels dans le développement.

Après plusieurs projets de plus ou moins grande ampleur, j’ai dû rejoindre les rangs de l’armée suisse pour faire mon service militaire. J’ai reçu une formation de soldat de renseignement dans l’armée de l’air et j’appartiens aujourd’hui à l’équipage d’un hélicoptère militaire Super Puma. Pendant cette période, j’ai beaucoup appris sur la manière de gérer les relations avec des personnes de caractères très différents.

De retour dans mon environnement familier, j’ai travaillé comme responsable de la gestion des plateformes dans la R&D. Ce poste exigeant et passionnant comportait la responsabilité et la coordination de nouveaux développements et d’évolutions communes à plusieurs systèmes.

Ces tâches m’ont permis de progresser et de faire preuve de persévérance, et l’entreprise m’a ensuite confié la responsabilité du développement et des essais sur le site de Saint-Gall. La priorité actuelle est de développer la réponse innovante de Gallus en matière numérique pour le marché de l’étiquette.

Loisirs :

Jouer au foot, faire du ski, des randonnées, voyager.

Famille :

Heureux en couple.

À quoi ressemble une journée ordinaire du responsable développement et essais ?

Les tâches sont multiples et variées. J’essaie de mettre en œuvre les projets d’avenir de l’entreprise en travaillant le plus étroitement possible avec mon équipe. Dans le contexte actuel, ces projets concernent surtout la technologie à jet d’encre, un domaine porteur. Mon quotidien est aussi fait d’obstacles techniques plus modestes à surmonter. J’essaie de servir de base de connaissances pour les problèmes techniques de mes collègues et pour ceux d’autres services.

Dans votre travail quotidien, comment faites-vous pour répondre aux fortes demandes de qualité des clients et de Gallus ?

Pour moi, la qualité d’un produit passe par l’attention aux plus petits détails et nécessite de regarder au-delà de son propre horizon. L’erreur est humaine et les leçons que nous savons tirer de nos erreurs doivent servir à améliorer la qualité des produits.

Comment faites-vous pour rester créatif et innovant dans votre travail quotidien ?

Pour moi, la créativité passe en grande partie par l’ouverture à la nouveauté : écouter des professionnels de différents secteurs, absorber les informations comme une éponge et établir des liens innovants entre plusieurs bonnes idées. L’innovation n’est pas forcément synonyme de nouveauté. Utilisées au bon endroit, des technologies issues d’autres domaines peuvent tout aussi bien être une forme d’innovation. Je pense que tout l’art de la créativité consiste à trouver l’équilibre entre cultiver une pensée originale et éviter de réinventer la roue. J’ai beaucoup de solutions « en stock » mais il me manque encore les problèmes de départ.

Qu’estimez-vous être vos principaux défis ?

L’un des grands défis est l’accélération du cycle de vie et de développement des technologies modernes. Dans le futur, il sera essentiel non seulement de suivre cette évolution, mais d’être en mesure de la façonner – ne pas de réagir mais d’agir. Proposer la bonne solution au bon moment est souvent plus facile à dire qu’à faire.

Comment faites-vous pour vous détendre ? Parlez-nous un peu de vous-même.

Je suis un technicien dans l‘âme. Autrement dit, j’ai du mal à « déconnecter » car j’aime aussi m’occuper de questions techniques dans le privé. Pour moi, les problèmes sont des défis qui me permettent de progresser sur le plan personnel.

Ceci dit, j’adore déguster un bon morceau de viande en bonne compagnie, et fumer un bon cigare le week-end.


retour
Share |